15 choses à faire à Strasbourg

Capitale de l’Alsace, Strasbourg possède l’un des plus grands quartiers médiévaux d’Europe. À Grand Île et Petite France, les rues pavées s’entremêlent entre des maisons à ossature de bois qui ont survécu pendant des centaines d’années. Strasbourg a été le sujet d’une lutte de plusieurs siècles entre la France et l’Allemagne, et c’est d’autant plus passionnant et beau pour elle. Il nous reste une ville aux beaux quartiers construits par les Allemands et des fortifications high-tech du XVIIe siècle conçues par Vauban. Le mélange des cultures se poursuit dans la cuisine et le vin, mais aussi en présence d’institutions internationales comme le Parlement européen.

La Petite France

La Petite France est la zone la plus photogénique de la ville. Les meuniers, les pêcheurs et les tanneurs ont fait l’histoire de ce quartier de cours d’eau, de déversoirs et d’écluses peuplé de maisons à colombages noirs et blancs. Ces vieilles et charmantes structures datent des années 1500 et 1600 et vous pouvez voir l’ouverture dans les toits où les peaux d’animaux étaient jadis étalées au soleil pour sécher. Dans certaines rues pavées comme la rue du Bain aux Plantes, des restaurants traditionnels servent des spécialités alsaciennes comme la choucroute garnie.

Les Ponts Couverts

En entrant à la Petite France, vous découvrirez un ensemble de trois ponts fortifiés que vous distinguerez grâce à leurs quatre hautes tours carrées. Elles ont été construites dans les années 1300 et faisaient partie de la ligne originale des remparts de la ville. Jusqu’aux années 1700, les passages à niveau étaient protégés par de longs toits qui auraient offert une couverture pendant les sièges. Les ponts sont devenus obsolètes après la construction du Barrage Vauban, qui a été achevé en amont de la rivière et dont les toits ont disparu depuis près de 300 ans, mais dont le nom survit.

L’église Saint-Pierre le Jeune

Saint-Pierre le Jeune est remarquable parce que pendant 200 ans elle fut divisée en deux par les protestants et les catholiques: les protestants obtinrent la nef, tandis que les catholiques utilisèrent le chœur.
L’édifice possède également une architecture de différentes époques. Dans la crypte, par exemple, se trouvent les vestiges d’une église colombienne datant des années 600 et le cloître est en grande partie romain, datant des années 1000. La nef et ses fresques colorées datent des XIVe et XVe siècles. Dans la galerie, un orgue du XVIIIe siècle fut dessiné par Johann Andreas Silbermann, le même homme que celui qui fut responsable de l’orgue à l’église Saint-Thomas de Strasbourg.

La Cathédrale de Strasbourg

Pendant 227 ans, jusqu’en 1874, cette cathédrale envoûtante en grès était le plus haut bâtiment du monde, et il s’agit toujours de la plus haute structure qui ait été construite durant l’époque médiévale. Les écrivains en parlent depuis des centaines d’années et il est difficile de ne pas se laisser émouvoir par la façade ouest ou bien la vue des voûtes qui vous accueillent à l’intérieur. Une autre chose stupéfiante au sujet de la cathédrale est de voir qu’elle date presque entièrement des années 1100, y compris l’abside entière du côté est de l’édifice. On ne peut pas refuser un voyage au sommet de la tour nord, achevée en 1439, d’où la Forêt Noire, se trouvant à 30 kilomètres, est visible.

Le Barrage Vauban

Bien qu’il ait été construit dans les années 1600, ce pont fortifié et son barrage sur l’Ill ont constitué la pierre angulaire des défenses de la ville jusqu’ à la guerre franco-prussienne de 1870. Il a été réalisé en grès rose des Vosges, d’après les plans élaborés par Vauban. L’idée était qu’en temps de siège, il ferait monter le niveau des Ill et inonderait les terres vers le sud pour empêcher les envahisseurs de passer à travers.
Il y a un couloir intérieur qui longe la structure et vous pouvez monter sur le toit pour voir les tours des Ponts Couverts et la cathédrale.

L’Eglise Saint-Thomas

Autre preuve que Strasbourg se trouve à un carrefour culturel: cette église protestante, qui fut le principal lieu de culte luthérien après l’entrée de Strasbourg en France en 1681. L’église Saint-Thomas a été achevée dans les années 1520 et est le seul exemple d’une église de style allemand dans la région. Cela signifie que, contrairement à la plupart des églises de France, les nefs ont la même hauteur.
Elles sont réunies sous un même toit et il leur manque donc un clergé (fenêtres pour éclairer la nef). Il y a beaucoup de choses à explorer à l’intérieur, y compris une grande fresque gothique de St. Michael et l’étonnant sarcophage roman de l’évêque Adeloch, datant des années 1100. Enfin, il ne faut pas oublier de regarder vers l’orgue de la galerie de 1741, loué par Mozart lorsqu’il y joua en 1778.

Le Vin et la Bière

L’Alsace est la seule région viticole française où la plupart des vins produits sont de cépages, et donc élaborés uniquement avec les raisins qui leur donnent leur nom. Les deux plus célèbres sont le Gewürztraminer, généralement épicé et sucré, souvent associé au dessert ou à l’apéritif, et le Riesling, sec et complexe, qui se marie à merveille avec les classiques alsaciens comme la choucroute et la carpe poêlée. Strasbourg est également en plein cœur de la région brassicole la plus productive de France, avec le houblon cultivé à l’ouest et au nord de la ville. Les marques connues de tous seront Fischer, Karlsbräu et Kronenbourg, mais Meteor est un brasseur indépendant opérant au nord-ouest de Strasbourg depuis 1640. Depuis septembre 2016, Meteor propose une visite guidée de 90 minutes suivie d’une dégustation.

Le Musée Alsacien

Situé dans une maison du XVIIe siècle sur un quai de l’Ill, le Musée Alsacien est le lieu idéal pour vous faire découvrir les traditions et l’art de la ville. Les galeries offrent plusieurs reconstitutions de scènes d’habitations et d’ateliers historiques, tous présentés avec des céramiques originales, costumes, meubles, outils, jouets et ustensiles de tous les jours. Les expositions les plus intrigantes traitent du savoir-faire traditionnel alsacien, illustrant par exemple comment le vin a été pressé dans les années 1700 et vous parlent des origines romaines de la viticulture.

Le Parlement européen

Lorsque vous songez au passé de la ville, il est tout à fait logique que Strasbourg soit le siège du Parlement européen, puisqu’elle a toujours été un lieu où les cultures, les religions et les langues ont été réconciliées.
Strasbourg est l’une des trois villes non capitales du monde entier à se doter d’une institution internationale, et le Parlement européen doit être sur votre itinéraire. Il se peut que vous deviez appeler à l’avance pour faire le tour de cette structure cylindrique moderne, qui abrite la salle de débat de 750 sièges. A l’intérieur, il y a trois « rues », dont l’une dispose d’un jardin d’hiver avec une forêt de philodendrons.

La Neustadt

Strasbourg a triplé de taille en 34 ans entre la guerre franco-prussienne et la fin de la Première Guerre mondiale. C’était l’époque allemande et la rapidité de construction a donné à de nombreux quartiers de Strasbourg une consistance architecturale qu’il est difficile de trouver ailleurs. Ces secteurs ont été conçus pour être le nouveau centre-ville, avec de larges boulevards sur un réseau quadrillé, jugé plus hygiénique et efficace que le plan médiéval de Grand Île et Petite France. La Neustadt est en forme de croissant et couvre les parties ouest, nord et est de Strasbourg. Parmi les endroits à découvrir, mentionnons les environs du Parc de l’Orangerie, l’Université, la Place de la République et l’Île Sainte-Hélène.

La Gastronomie Alsacienne

Si la culture et l’architecture de Strasbourg sont un mélange de traditions allemandes et françaises, il en va de même pour la gastronomie. La choucroute est le point d’entrée évident, conciliant la choucroute (chou fermenté au goût aigre) avec différentes sortes de saucisses, y compris les saucisses de Francfort et le morteau fumé, ainsi que des morceaux de porc et de pommes de terre. Un autre classique, servi dans les vieux quartiers, est la tarte flambée qui est une pâte à pain roulée, recouverte de fromage frais et garnie d’oignons et de lardons. Si vous visitez Strasbourg en avril ou mai, vous y trouverez des asperges blanches, comme dans les villes allemandes en saison des asperges. A Strasbourg, elles sont grillées puis servi avec des lentilles et un œuf poché.

Le Vaisseau

Alternative utile aux journées pluvieuses si vous êtes à Strasbourg avec des enfants, Le Vaisseau est un musée scientifique interactif pour les 3 à 15 ans. La langue ne devrait pas poser de problème non plus, car tous les écrans sont en anglais, en français et en allemand. L’idée est que les enfants s’y intègrent et s’amusent, ce qui leur permet d’apprendre plus facilement. Ainsi, pour les enfants âgés de 3 à 6 ans, il y a un chantier où ils peuvent construire à leur guise et, avec des conseils, apprendre les processus de conception et de construction. Il y a 130 expositions interactives comme celle-ci, ainsi qu’un film en 3D qui est mis à jour tous les quelques mois.

Le Musée Historique de Strasbourg

Au bord de l’Ill, le musée historique de Strasbourg se trouve également dans l’ancien abattoir de la ville et retrace l’histoire de la période allant du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Il y a des armes, des cartes, des vêtements, des esquisses et des sculptures pour illustrer l’histoire complexe d’une ville au point de jonction géographique, mais aussi sociale, économique et politique d’un continent tout entier. Le point culminant de la collection est un plan relief datant de 1727. Il s’agit d’une maquette à l’échelle 1/600e de Strasbourg et sa périphérie, très détaillée, couvrant près de 80 mètres carrés. Le détail est tel que vous voyez tous les points de repère principaux et en effet, les Ponts Couverts étaient encore couverts quand le modèle a été fait!

Le Palais des Rohan

Ce palais épiscopal baroque a été construit dans les années 1720 d’après les plans de Robert de Cotte, le « premier architecte » de Louis XV. C’est un bâtiment à couper le souffle, érigé pour le cardinal Armand-Gaston de Rohan-Soubise, prince-évêque de Strasbourg, et apprécié pour sa façade haute classique. Il s’inspire des grandes demeures parisiennes de cette époque et l’intérieur est aussi opulent que vous l’imaginez. Il y a trois musées à visiter, une exposition d’archéologie au sous-sol, des arts décoratifs au rez-de-chaussée et une exposition de beaux-arts au premier étage.

Le Parc de l’Orangerie

Juste en face de l’IlI du Parlement Européen et de la Cour des Droits de l’Homme, le Parc de l’Orangerie prend forme pendant la Révolution lorsque 140 orangers confisqués au Château de Bouxwiller sont concédés à la ville. Aujourd’hui, il ne reste plus que trois de ces arbres et on peut encore les voir certains jours dans les serres du parc. Naturellement, ce parc fantastique ne se limite pas à cela: vous avez un grand lac de plaisance, de longues avenues verdoyantes, des pelouses et même un mini zoo et une ferme pour les enfants. Il y a aussi un centre de réintroduction des cigognes; ce type d’oiseau a une place particulière dans le folklore strasbourgeois, et si une paire se perche sur le toit, c’est censé être un signe chance pour le ménage.

 

Ajouter Un Commentaire